• 50 ans


    Vendredi 30 Mars 2018 à 16:52
    Blue Barry

    Des fois, ça me fait doucement rigoler quand pour la recherche d'emploi vous êtes suivi par un petit jeune, ou une petite, qui à un boulot sûr et qui vous explique le mon du travail sans rien y connaitre. Passé 45 ans, c'est quasi impossible de trouver du boulot, on vous regarde comme un vieil outil plus bon à rien. Et après, on viens vous dire que si vous travaillez pas c'est que vous cherchez pas vraiment... Ils le savent eux, ce que c'est d'être humilié en permanence ? Ils pensent peut-être qu'en arriver au RSA c'est un choix. C'est pas le mien.

    Lundi 2 Avril 2018 à 15:43
    RémiJA

    Bonjour Blue Barry. C'est vrai qu'il y a des situation ou cela devient difficile de trouver un emploi. Ça peut être l'âge en effet, la situation familiale ou géographique.

    Par exemple pour moi, j'ai suivi des études dans l'informatique mais comme je n'étais pas mobile, ce n'était pas facile. Aujourd’hui, je suis un peu plus mobile mais c'est toujours pas évident. 

    N'hésite pas à mettre ce qu tu recherche et ton domaine de compétence ici. Il y a peut-être des gens qui pourront t'aider à trouver ce que tu recherche. De même, si tu entend parler de quelque chose autour de toi, partage le ici sur le forum, ça peut peut-être intéresser quelqu'un.

    Ce Forum est là pour s'entraider.

    Samedi 7 Avril 2018 à 10:01
    franswaz

    ça rejoint les réflexions qui me sont venues en lisant le sujet que tu as lancé Blue Barry, en parler ou pas. Tout à fait d'accord avec toi !!

    Mercredi 16 Mai 2018 à 17:36
    Perceval26

    On a l' impression ces dernières années que la seule réponse donnée au chômage de masse est l 'augmentation des radiations pour faire baisser les statistiques. Pour augmenter ces radiations on durcit le contrôle des chômeurs. Mais  derrière ces radiations ce sont  des personnes privées de revenus donc des gens à la rue . Pour justifier cette politique de radiations, on criminalise de plus en plus les chômeurs. On les désigne comme coupable alors qu' en fait ils sont les victimes d' un système incapable de fournir du travail à tout le monde.

    Vendredi 25 Mai 2018 à 19:20
    Blue Barry

    De toute façon, quand il n'y a pas de travail, il n'y a pas de travail ! Au Pôle emploi, ceux qui vous reçoivent n'ont aucune idée de la réalité du terrain. pour, c'est des statistiques, c'est tout. On nous dit qu'il y a pénurie de cuisiniers, ou d’informaticiens, ou d'ingénieurs. Quand on l'est pas, on fait quoi, on s'invente des diplômes ? Alors quand on parle chiffres, on claironne : "200000" emplois non pourvus en France!". Donc si vous trouvez pas, vous cherchez pas.

    Moi je veux bien être ingénieur, mais c'est curieux, avec mon CV on me prend pas...

    Si on avait gardé notre industrie au lieu de nous faire croire qu'on serait tous des cols blancs. Et ben ça marche pas ! Il n'y a plus d'usines pour les ouvriers, espèce en voie de disparition !

    Mardi 29 Mai 2018 à 17:23
    ALOE.VERA

    Bonjour à vous tous,

    le sujet me fait aussi réagir vous l'avez bien abordes ... Le monde du travail c'est bien je trouve de redire que l'ont à connut a un moment donné, peu importe sa dureé le travail a était expériences..

    nous en sommes pas exclus parfois je postule on m’appelle pas ? ou on me répond pas ? de savoir pourquoi sa aiderais.. 

    intérimaire vous en pensez quoi ? les retours que j'est pu avoir me laisse penser que les missions sont d'avantage formateur pacque tous de suite il y a mise en condition sur le terrain avec quelqu'un qui explique bien comment réaliser la tâche

    s'est souvent en usine a la manœuvre mais une fois que l'on s'ait ce qu'on doit faire et comment bien s'est une bonne journée de travail...

    Vendredi 8 Juin 2018 à 15:10
    E.G.

    Bonjour tout le monde,

    je lis vos échanges sur le travail. Un sujet de discussion qui soulève différents aspects, qu'ils soient individuels (mobilité, disponibilité, santé, compétences, ...), économiques (délocalisations, robotisation, compétitivité, ...), social (chômage, isolement, ...) et bien d'autres.

    Et si la solution était de ne plus travailler ? Mais plutôt de recevoir un revenu d'existence, aussi appelé revenu de base ou revenu universel ... et choisir le temps qu'on souhaiterait travailler en plus pour compléter ce revenu ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Évelyne, bénévole du Comptoir des lettres

    Jeudi 21 Juin 2018 à 17:21
    ALOE.VERA

    Bonjour,

    je réfléchit , comment rester la à contempler... lorsque la part de moi même à besoin de se transformer , j'ai peur de ce truc le déclin cognitif , avant il y a l'enjeu du faire qu'il soit collectif ou individuel , pour moi s' ait sortir des concepts nouveau de mon esprit et de leur donner une existence si possible.

    le monde en matière d'avancé technologique nous mènes, alors reprendre la mains dans des domaines là ou il y aurait tant à faire sa fait sens; comment créer de nouvelles tâches , valoriser , embellir , je pense à l'espace urbain nos villes , quartiers, village... qu'est-ce qui  ferais qui augmenterais l'offre de travail insertions ... autres

    beaucoup de question à explorer...

    je pense quant allant plus loin dans le changement  ( un avant, après ), en améliorant le rapport aux temps plus la qualité , sa pourrait contribuer à faire tomber les clichés . nous sommes tous désireux d'un meilleur en matière de qualité de service le résultat du travail bien fait s'est gratifiant j’entends des gens qui se pleigne ils sont surchargés de tâches a réaliser le plus rapidement possible ils en sont pas satisfait et disent ne pas  voir les bénéfices  de leurs efforts j'en déduit comme le proverbe " vite et bien sa ne vas pas ensemble ". je suis pour les contrats dit aidé ou qui viendrais en soutient pour du résultat visible et apportant dignités se n'est pas du superflu.

    après les emplois resterons ils précaires je n'est pas la réponse , si créer des richesses autrement s'est possible je propose 2 idées :  le contrat de travail à la semaine soit 3 heures maxi et son plan épargne insertion d'une durée de 6 mois .

     

    Le contrat de travail à la semaine ouvrirait droit à 3 heures de travail maxi en supplémentaire du premier revenues de base , se contrat viendrais en soutient a des tâches diverses qui serait proposé et a imaginée .. ,  il serais  modulable ,  évolutif ,  selon son emplois du temps et serait cumulable ouvert au bénéficiaire RSA  socle et aux personnes qui font du bénévolats .

    Le plans épargne insertion sur 6 mois nous permettrais une réserve financière qui serait acquis non prélevable si possible le laisser brut 6 mois .

       ex: 3 heures de travail par semaine = 30e multiplier par 4 semaines dans le mois =120 euro brut

    sur une durée de 6 mois avec le contrat d'épargne insertion = 720 euro

    partir de l'idée qu'il faut du temps pour stabiliser un compte bancaire et mieux gérer les imprévus comme de plus en plus il nous faut faire l'avance ou régler des actes de la vie courante...

    es-que cumuler 3 contrats : RSA socle avec un de 3 heures maxi a proposer , le  bénévolat, un plan d'épargne insertion 6 mois pourrait fusionné un temps ?  la suite devenir valorisant et évolutif 

     

    Lundi 25 Juin 2018 à 11:12
    E.G.

    Bonjour,

    le but n'est pas tant de trouver une réponse par nous-même mais, comme vous dites, on ne peut pas rester à rien faire ou à contempler. Nous pouvons déjà chercher de l'information. Les propositions sont multiples et ne mettent pas toutes en avant les mêmes points. En parler, se questionner transforme déjà notre regard et notre rapport au travail.

    Les militants, les politiques, les chercheurs (économistes, philosophes, sociologues, ...) qui élaborent des solutions possibles avec notre économie actuelle, mettent en avant les arguments de réduction du chômage, de la précarité et permettrait davantage de liberté, d'avoir des conditions de travail plus humaines.

    Ce revenu universel serait versé à chacun sans conditions de ressources. Un minimum vital pour penser autrement sa relation au travail. Il n'y aurait plus les minimas sociaux versés sous certaines conditions. Certains pays dans le monde expérimentent déjà ce modèle (Finlande, des villes du Canada,  Pays bas, Alaska, Kénya, en Afrique, Inde, États-Unis) et bientôt, peut-être, quelques départements en France.

    L'évaluation de ces essais est difficile. Une expérimentation en cours, à suivre.

    Mardi 10 Juillet 2018 à 16:53
    ALOE.VERA

    Bonjour,

    le revenue universel ce que j'en comprend, il est testé dans plusieurs pays.le revenue permet de répondre aux besoin vitaux (logement, santés,alimentation). ce qui le perçoivent occupent leurs temps soit il travail ou ne travail pas.

    L'idée s'est que dans chacune des deux situations , chacuns à travers une activité quelle soit marchande ou non puisse être créatrice de richesse.

     

    Après je suis sensible a ce que la société ne perdent pas ressemblances ,établir un contact oui si replis sélectif non contre productif, que l’écart des différentes richesses produites ne soit pas snober par une petite portions de la population, qu'il failles arbitrer valeurs plus que de raisons; ou certains pourrait exagérés ses mérites plus que d'autres, alors que le but 1er de faire créer ensembles société et richesses ingénieux.

     

    il serait bien que les pays qui teste le revenue universel, puisse témoigner des activités dites non marchande ( créatrice de richesses autrement) de voir des actifs marchand et non marchant côte à côte et comment ils parviennent à mutualiser leurs efforts ,l’idée de l'universel est intéressante à rendre plus clair 

     




    Vous devez être membre pour poster un message.